Chaîne : Sylvain Didelot

Bonsoir les enfants de Lumière. À vos côtés en ce moment, je suis l’Archange Raphaël, le Guérisseur disent certains. J’espèreavec toi, je l’espère pour toi.

Quand je dis : « Je l’espère », cela signifie que j’aimerais déposer notre énergie bienveillante sur chacun de vous, et que chacun d’entre vous guérisse de ma Présence, de l’énergie de la douce Flamme verte émeraude que j’essaie de guérir. répandu dans ce monde. De plus, quand je dis ces mots, quand je dis « J’espère », je postule que vous êtes aussi votre propre guérisseur, et que si vous n’acceptez pas les énergies qui vous sont parfois envoyées du Ciel, eh bien, vous ne le ferez pas. recevez-les.

Votre pouvoir humain, votre pouvoir Divin réside dans votre capacité à accepter ou refuser un message et une énergie,  qu’elle guérisse ou non. Car derrière chaque message que nous envoyons, comme derrière chaque message que vous recevez d’un de vos frères, d’une de vos sœurs, des médias, des gouvernements, chacun de ces messages vous invite à l’accepter ou à le refuser.

Le refuser signifie que vous ne voulez pas que ce soit votre propre vérité, sans l’imposer aux autres. Il est important de comprendre que l’Amour, cette force immense, n’est pas forcément un grand OUI à tout.

Pour beaucoup d’entre vous, vous êtes des parents, des frères ou des sœurs qui ont su dire non à vos enfants, à vos frères ou à vos sœurs lorsqu’ils commettaient des actes répréhensibles. sens de Lumière, non dans le sens de ce partage, de cet amour et de cette communion. À ce moment-là, vous avez pu dire non. C’est aussi votre force. Et cela ne veut pas dire que vous ne les aimez pas, au contraire, vous les aimez tellement que vous ne pouvez pas tout accepter. Il est important de comprendre qu’accepter ce qui est ne signifie pas dire oui à tout.

Alors, dire non, ce n’est pas exclure une réalité ou se retrouver dans une position de déni, de déni : «   Non, ça n’existe pas. Non ce n’est pas vrai. Non, c’est une illusion   . Bien sûr votre monde est illusoire, cependant il aura, ce monde, des impacts sur l’énergie que vous avez décidé d’incarner, et ainsi votre présence est sollicitée. Votre présence divine est sollicitée sur cette Terre, dans cette illusion.

Alors, s’il vous plaît, ne déniez pas. Sachez dire non quand c’est important. Sachez aussi accepter les forces bénéfiques qui viennent sans cesse, et j’insiste constamment sur ces paroles, de ce que vous appelez encore le Ciel, l’Au-delà, l’Autre Dimension.

Acceptez de recevoir des forces qui sont des forces évolutives et non des forces involutionnelles. Acceptez de les recevoir surtout maintenant car ce sont des forces qui favoriseront la paix, l’amour, le partage, la bienveillance, pendant que nous essayons de vous conduire à la guerre, au repli, à la peur. Et je dirais, en effet, à la méchanceté, et à vouloir du mal à une partie de la population par rapport à une autre, cherchant sans cesse à vous diviser en catégories dont chacune chercherait à défendre sa petite place parmi la grande, elle dis toujours, alors  qu’il n’y a pas de petite ou de grande place, seulement les êtres humains en conjonction dans une grande expérience d’Amour appelée existence.

C’est le moment, cette époque, où les vrais Guerriers de Lumière se révèlent à l’humanité, où l’on va désormais voir surgir des êtres capables de prononcer un non salutaire, un non bienveillant, un non, plein d’amour. , non en aucune façon dans une bataille mais dans un positionnement, une certitude et une force qu’il est temps de placer sur ce monde et dans votre espace personnel parfois, car le monde commence dans votre maison, dans votre maison intérieure et extérieure.

Ce monde est pure Lumière,  les jeux d’ombres  y  révèlent ce qu’il vous reste  certainement  à travailler dans cette force d’  Amour  qui vous est demandée  , force si puissante qu’elle pourrait vous permettre de tout transformer en un instant. . Alors, cette attaque de forces réductrices, de forces évolutives, est là aussi pour vous révéler à votre propre Lumière, à votre propre courage, pas le courage de faire la guerre, ce n’est pas du courage, au contraire, le courage de vouloir la paix, savoir que cette paix un peu imposée est décisive, c’est du courage.

Le courage, le cœur au travail, le cœur va-t-il à tous les combats ? Non, pas forcément – ​​pour certains oui, sans doute – détruire n’est jamais un acte Divin, cela ne va pas dans le sens de l’Amour. La construction va dans le sens du Divin.

Vous savez, ici, il s’agit de ne pas confondre courage et bravoure. Oui, il faut être vaillant pour combattre, et « avec un cœur vaillant, rien n’est impossible » [1]  dit un de vos ancêtres.

Vous êtes dans cette époque, dans cette époque où vous ne devez plus rester passif envers vous-même, et à l’inverse être actif envers VOTRE monde. Je n’ai pas dit, nous n’avons pas dit ʺvers LE mondeʺ mais vers SON monde et, je le répète, c’est important, votre monde commence chez vous. Je ne parle pas du corps, je parle de votre maison, de votre appartement, de votre village, de votre ville, de votre circonscription, département, province, peu importe. Commencez à placer votre esprit et votre volonté là où vous avez un « rayonnement », une résonance. Faites-le debout. Ne restez pas passif. Arrêtez de regarder des images ou des textes en vous disant qu’ils sont jolis, gentils ou à l’inverse qu’ils sont horribles et qu’il va falloir faire quelque chose. Fais-le! Fais-le.

Priez, marchez, dansez. Surtout, offrez le mouvement de votre nature Divine à ce monde, car dans le mouvement vous recevrez cette énergie du Ciel, dans le mouvement vous recevrez cette énergie unificatrice qui tombe sur vous en ce moment  . Et je vois moi-même beaucoup de gens refuser cette énergie céleste, parce qu’ils penchent pour cette solution du «   on n’a pas le choix ». Nous ne pouvons rien faire. Nous le voudrions, mais nous ne pouvons pas.   » C’est faux, c’est faux !

Lève-toi, enfant de Lumière, vois comme tu es merveilleux et Divin ! Regardez à quel point votre nature divine profonde est forte et puissante ! Arrêtez de croire en autre chose qu’en votre propre Lumière  après tout. Regarde toi. Observe-toi, enfant de la Lumière. Vous avez choisi de vous installer et de vivre dans un monde duel, dans un monde difficile, dans un monde éprouvant, donc un monde d’épreuve, non pas un monde de souffrance systématique mais un monde d’épreuve. N’en doutez pas. Quel courage, justement, quelle Lumière et quelle force il faut accepter pour vivre, là, ici, maintenant ! Comme à d’autres moments qui étaient quand même très éprouvants aussi.

J’ai vu certains d’entre vous à d’autres époques, dans d’autres espaces, à d’autres époques, et je vois les mêmes schémas se répéter souvent. « Est-ce que je vais agir ou est-ce que je vais réagir ? » La clé est là :  votre pouvoir est en action, pas en réaction. Votre capacité est d’émettre de la Lumière,  sans attendre qu’elle tombe du Ciel. Elle vous assistera ; elle sera énergie pour que vous soyez Lumière,  vous  , cette force du Ciel. Vous êtes la Lumière de ce monde.

Ne vous inquiétez donc pas des mouvements d’énergies, des mouvements de troupes, ni même des mouvements intellectuels en vous. Mettez fin à cette agitation. Choisir. Se lever. Se lever. Mec, lève-toi. Femme, lève-toi. Enfant, lève-toi, car le Ciel est là, te répétant encore et encore que ce monde dont tu rêves est plus que jamais à ta portée, malgré toutes les apparences.

Le temps et les époques vous amèneront à montrer votre valeur lumineuse  , votre capacité à aider, à progresser, à faire progresser vos frères et vos sœurs, vos voisins d’abord. Il s’agira d’être dans ce vrai courage qui est de traverser ensemble les zones d’adversité.

Ensuite, il y a tous ces Êtres déjà unis dans la Lumière, déjà unis dans l’Amour qui sont autour de vous. Il y a toute cette Nature dont vous voyez qu’elle commence à se développer à nouveau, à renaître, à célébrer, à donner autant de raisons de continuer à porter ses fruits. Elle nous invite cette Nature, elle nous invite cette vision du monde à s’élever aussi. Elle nous invite à refleurir, à croire en la Nature, à ne désespérer de rien.

Après vous avoir dit que oui, l’heure est au courage, je veux vous dire que  ce monde reçoit une énorme quantité de Lumière, une énorme quantité d’Amour  . Dès lors, il s’agit de regarder, de voir l’invisible, de percevoir l’invisible, non pas notre assistance angélique, elle est là bien sûr, mais ce qui se passe dans le monde visible : ces êtres qui commencent à décontaminer la planète, ces êtres qui s’entendent parfaitement entre eux sans chercher à créer des différences, ces êtres qui sont dans l’esprit de partage et de bienveillance, et qui commencent à se rendre compte que les ressources qu’ils ont en trop peuvent être partagées, données, distribuées encore et encore. et encore.

Je voudrais vous dire que le Jardin d’Eden est à portée immédiate, je peux seulement vous dire que vous êtes sur ce chemin. Vous êtes sur cette route ; vous êtes sur ce chemin.

Et puis, j’aimerais apporter ma Lumière à cette apparence qu’est votre corps. Ici, je voudrais déposer sur vous ces particules de Joie, ces particules d’Amour.

Rappelez-vous concernant votre corps qu’il existe une matrice parfaite, qu’il existe un modèle de votre corps qui est en parfaite santé, en parfaite harmonie, en parfaite adéquation, comme neuf diriez-vous. Ce modèle est présent dans une dimension déjà présente sur Terre.

C’est pourquoi vous êtes invités à vous dire quelques mots parfois, vraiment avec une foi totale, complète, une sorte de connaissance absolue de ces mots :

«   J’accepte de recevoir la matrice originale et parfaite de mon corps, pour cette incarnation. — J’accepte de recevoir la matrice parfaite de mon corps pour cette incarnation  . »

Ce sont des mots qui acceptent.

Alors peut-être devrions-nous nous poser cette question : qu’avez-vous en vous qui n’accepte pas d’être en parfaite santé, en parfaite condition, dans un monde de grande bienveillance ? Qu’est-ce qui chez vous ne l’accepte pas ? Quelle est cette partie de toi qui ne l’accepte pas ?

Cette partie est celle qui ne peut être pardonnée. C’est celle qui n’a pas pardonné un événement du passé, du présent ou du futur. C’est celui qui cherche encore des coupables et surtout en soi parfois. Cette auto-accusation, cet auto-sabotage, c’est ce qui peut vous empêcher d’atteindre cet état, cette énergie.

Acceptez de vous pardonner. Pardonnez-vous d’abord de croire que vous n’êtes que le corps.  Pardonnez-vous. Comprenez que vous êtes bien plus qu’un corps .

Vous savez, lorsque vous rêvez, lorsque vous êtes dans des états de conscience dits modifiés, vous êtes capable de penser et d’interagir avec ce monde, par vos pensées.

Et là je vous pose cette question, mes amis, pensez-vous que vos pensées sont dans votre corps ? Pensez-vous que vos pensées sont dans un réservoir à l’intérieur de votre cerveau ? Pensez-vous que votre raisonnement est aussi une sorte de câblage neuronal câblé, diriez-vous ?

Non.  En réalité, aucune pensée n’est dans le corps.

Dans le corps, vous avez un caractère, un ego, qui est comme un fantôme dans cette machine, qui le maintient en vie. Le rôle de l’ego est aussi de maintenir le temps stable, puisque la nuit, puisque le jour, dans différents moments difficiles, on s’évade, on imagine. Et pendant que votre esprit va ailleurs, il n’y a plus de temps. Vous n’êtes plus dans le même temps. Lorsque vous revenez dans votre corps, l’expérience doit être cohérente, l’expérience doit être complète, et c’est là que cet ego vous repositionne dans le bon temps et dans le bon espace.

En fait, cet ego est dans le corps mental, qui est lui-même dans le corps physique. Cela sert à positionner votre esprit ici, mais ce ne sont pas des pensées. Ce ne sont pas vos pensées. Il raisonne avec vos pensées, c’est à dire que vous entendez des pensées, et derrière, vous entendez ce jugement de cette énergie que l’on peut appeler l’ego, qui trouvera que votre pensée est correcte ou pas correcte, qu’elle est juste, qu’elle est juste. pas juste. Alors tu te juges toi-même ? Alors que se passe-t-il dans un tel état ? Demande toi.

En vérité,  vos pensées viennent de cette partie de vous qui est extérieure à vous . Vos pensées viennent d’une partie de vous qui est déjà avec nous, qui est déjà dans ce que vous appelez dans l’Au-delà, de plus, vos pensées viennent aussi de cet Mental Supérieur, de ce Soi supérieur, de cette Conscience supérieure qui est votre véritable parent. . En conséquence, vous ne produisez pas réellement vos pensées, vous les entendez. C’est difficile à entendre, je sais que ce discours est même difficile à comprendre. Vous entendez vos pensées.

Alors, qu’en pensez-vous ? Eh bien, vous envoyez un état émotionnel comme une sorte de message. Votre état émotionnel, la somme de vos énergies est reçu par votre Conscience Supérieure qui répond finalement en disant : ʺvous rayonnez ou dites ceciʺ. Alors, enlevez ce « vous dites », et vous n’entendrez finalement que la fin d’un message que vous appelez vos pensées.

Même si vous pensiez à ce moment-là «   Je ne comprends pas ce que dit cet Archange   », c’est qu’à un moment donné vous aurez exprimé l’émotion qui exprime quoi, des points d’interrogation, une sorte de pression, une sorte de déséquilibre dans vous que vous aurez envoyé comme énergie à l’univers. Et l’univers répondra : ʺAh ! Vous ne comprenez donc pas Raphaëlʺ, ce qui se traduira depuis votre conscience-ego justement, de cette partie égoïque, par ʺtu ne comprends pasʺ => «   Je ne comprends pas.   » Dès lors,  vos pensées sont un système de réception de votre émotion.

Travaillons là-dessus si cela ne vous dérange pas, car nous allons comprendre à quel point c’est important.

Maintenant, nous allons faire ensemble un petit exercice qui va juste générer une émotion. Nous n’allons pas penser, réfléchir ou dire un seul mot, simplement nous mettre dans un état vibratoire émotionnel.

Pour que tu puisses fermer les yeux,

et imaginez simplement que vous avez un enfant devant vous : un enfant aux yeux pleins de Lumière, un enfant aux yeux pleins d’Amour, un être qui est là, qui a quelques années. Le regard de cet enfant est si pur, si grand.

Et vous voyez, vous percevez cet enfant qui s’approche de vous.

Il vient vers toi comme s’il ne t’avait pas vu depuis si longtemps,

et tu pourras l’embrasser avec tes bras.

Voyez les pensées qui viennent maintenant.

Dans quel ordre sont-ils ?

C’est merveilleux ! Je l’aime et il m’aime, ou je l’aime et elle m’aime !

Ces pensées sont une réponse à votre émotion. Ces pensées sont une réponse à votre énergie.

Notez que cela a une cause et une conséquence physiologiques dans votre corps. Ce que vous avez produit comme émotion, ce que vous avez ressenti, récupéré comme émotion et comme pensée a un impact sur votre corps.

Peut-être y en a-t-il parmi vous qui sont frustrés, tout simplement parce qu’ils n’ont pas pu visualiser ce que je viens de dire. Ainsi, leur pensée leur disait «   Je ne vois rien, je n’entends rien, je ne peux jamais visualiser  », et cette pensée a déjà eu un impact sur votre corps. Cela a déjà créé un puissant état émotionnel en vous.

Je vous dis cela pour que vous vous rendiez compte qu’au final, dans une grande majorité des cas, ce sont vos pensées, l’acceptation de celles-ci qui provoquent des états du corps, qui provoque donc la plupart du temps, concrètement, des états de dysfonctionnement du corps. aussi lorsque vous acceptez trop de pensées dérangeantes qui, somme toute, ne font que poser question, en l’occurrence ne mettent pas fin à votre réflexion.

Parfois, tu entends même une pensée en toi comme «  mais alors, je dois vraiment être stupide   » et tu t’arrêtes là. Ne vous arrêtez pas là. Ne vous lassez pas justement de ce mot, qui est faux, puisqu’il est là pour que vous puissiez rebondir, vous relever comme je l’ai dit précédemment, et vous dire : « Non. Non, je ne suis pas stupide. Je suis dans ma façon de penser. Je suis peut-être dans mon propre monde, dans ma définition du monde, mais non, je ne suis pas stupide. Je suis la fille, le fils du Divin. »

Qu’est-ce qu’être stupide, sérieusement ?

Comprenez donc  que vos pensées dans votre tête sont en fait des propositions, des propositions simples. Voyez vos pensées complètement différemment.

Prenez du temps de temps en temps. Est-ce que j’accepte ma pensée, est-ce que je la rejette ? Et au lieu de refuser, vous pourriez dire : est-ce que je vais le changer ?

 »   J’ai cette pensée que ce monde se dirige droit vers le désastre   .  » Ce n’est pas vrai, les amis. Il ne se dirige pas vers le désastre ; ce monde se transforme. Oui. Ce monde s’améliore également. Oui. Oui. Je sais que tu veux dire non. Je sais que vous avez des pensées contradictoires comme : «   Non, il ne va vraiment pas mieux. » C’est même pire chaque jour.    » C’est faux. Prenez du recul, mes amis.

Vous voyez, chaque fois que quelque chose doit être reconstruit, quelque chose doit être détruit. C’est le sens même de l’enseignement d’un autre être appelé Shiva, il faut qu’une destruction se produise pour qu’une construction apparaisse. Il faut que quelque chose soit à son pire pour s’améliorer.

Vous en avez fait l’expérience même dans le processus d’auto-guérison de votre corps, un processus puissant, un processus important. Avant de passer à ce processus d’auto-guérison, vous traversez souvent une phase que vous appelez aiguë d’une maladie. Pendant quelques heures, voire quelques jours, vous serez éventuellement au plus fort d’une fièvre, d’un tremblement, d’une faiblesse, et immédiatement après votre énergie augmentera. Votre « bataille » intérieure aura été gagnée. Il faut passer par cette phase aiguë. Il ne faut pas l’ignorer, sinon vous finirez généralement par créer une maladie plus grave, tôt ou tard.

De la même manière,  accepter que le monde est un système qui se guérit tout seul, seulement qu’il traverse  là aussi un paroxysme, pour créer son auto-défense, pour pouvoir mobiliser ses troupes blanches. Dans votre corps vous parlez de globules blancs, je vais parler de cette Fraternité Blanche que vous êtes aussi après tout et dont beaucoup d’entre vous font partie. Il s’agit d’être les anticorps de ce monde, ceux qui ne s’arrêteront pas parce que ce qui semble les opposer est trop grand ou difficile, vraiment ceux qui savent qu’ensemble, tout est possible. Oui, ensemble, tout est possible, et nous sommes là aussi.

Je reprends le début de mon discours en vous disant que je vous envoie plein de Lumière, plein d’énergie, plein de force de guérison, néanmoins, l’accepterez-vous ? Vous en sentez-vous digne puisque c’est la question que vous vous posez ? Toi pas moi. Pensez-vous que je vous dirais que j’envoie de l’énergie si je pensais que vous n’étiez pas digne de la recevoir ? Non, vous êtes digne de recevoir cette énergie. Vous êtes digne de recevoir ce qui vous traverse là, ici, maintenant, et qui potentiellement dans votre corps provoque tout un tas de micro changements, fait circuler les énergies un peu différemment.

Je cherche à fluidifier l’espace en vous, à vous libérer, à vous montrer dès le début de mon discours que oui, il faut se lever, oui, il faut être en action, mais que tout est encore possible pour vous et pour la multitude. Tout est encore possible.

Votre état vibratoire, votre énergie, votre joie sont plus que jamais nécessaires, car ils sont la vibration qui permet l’arrivée de la Lumière sur cette Terre .

Comment puis-je utiliser des mots terrestres pour vous faire comprendre ce que j’essaie de vous dire ?

Nous entendons vos prières en ce moment, partout dans le monde : «   Aidez-nous. Ne laissez pas cela arriver.   » Nous envoyons toute notre Lumière, tout notre Amour, et nous aussi nous prions et nous disons : « Écoutez-nous. Recevez cette Lumière.ʺ C’est comme si vous lanciez un appel sans attendre de réponse la plupart du temps, croyant que nous allons, de là où nous sommes, agir sur la matière même si nous n’y sommes pas incarnés.

Nous pouvons éventuellement et avec l’intercession divine de votre Conscience Supérieure, pour ceux qui y sont associés complètement. En revanche, pour d’autres, nous ne pouvons que fournir de l’énergie, apporter des informations qui éclaireront ce monde, nous l’espérons.

Pour les recevoir, il faut accepter de recevoir, et à l’occasion, de temps en temps, chères âmes, chères Consciences incarnées, s’asseoir dans l’instant et dire :

ʺ J’accepte de recevoir la Lumière. J’accepte de recevoir les informations ʺ.

Par contre, ne dites pas cela et dites-vous : «   Oh ! il ne se passera rien. Nous verrons. Je ne sais pas.  »  Recevoir. Croire.

Alors que tout a été fait pour détruire votre foi par les forces involutionnaires de ce monde, les forces évolutionnaires de ce monde et d’autres cherchent à vous dire :

« Enfant de Lumière, réveille-toi à ta propre foi. Enfin, croyez vraiment ! Sachez, au plus profond de votre être,  qui vous êtes  et recevez. Ne croyez pas que vous allez recevoir, sachez profondément que vous recevez, quoi qu’il arrive, car à chaque instant, vos pensées sont des propositions, et  les énergies tombent sur cette Terre comme la pluie  .

Certaines de ces énergies ne sont que  des énergies vitales, et  vous avez appelé ces énergies prana, par exemple, ou d’autres noms lumineux. Ces énergies sont reçues par votre corps physique. Cependant,  il existe d’autres énergies informationnelles  , qui peuvent atteindre votre corps mental, votre corps émotionnel, spirituel, atmique, bouddhique, éthérique, astral, quel que soit le nom de ces multitudes de couches qui représentent votre expérience sur Terre.

Nous acceptons maintenant quelques questions de votre part. S’ils sont proportionnels à mon discours, je vous écoute.

Qu’avez-vous à me demander ou à nous demander pour prolonger un peu ce discours de courage, de bienveillance que l’on vous impose pour vous dire : « ne vous inquiétez pas. Ce monde est transformé pour sa Lumière et vous faites partie de cette Lumière, vous faites partie de cet Amour », et vous êtes invités à comprendre que vos pensées sont des propositions que vous pouvez accepter ou refuser, tout simplement.

Vous nous posez cette question qui n’est pas liée à mon discours mais qui est liée à la guérison en général :  comment soigner une addiction ?

Je peux vous aider. L’Archange Jophiel peut également vous aider  . Comprenez que derrière chaque dépendance se cache un processus permettant de vous rendre heureux. Or, si vous voulez vous faire plaisir avec quelque chose qui a un fort pouvoir de plaisir, c’est que vous ne trouvez plus de plaisir dans les choses simples. Alors je vous le dis, est-ce qu’il faut vous retirer quelque chose dans votre vie pour que vous compreniez à quel point c’est important ?

Souvent, les gens qui se réveillent et se remettent d’une addiction sont des gens qui, en fin de compte, auront perdu quelque chose à cause de cette addiction, auront perdu quelque chose d’important. C’est pourquoi je te dis,  prie-moi  ,  Raphaël, ou prie l’Archange Jophiel de t’aider  sur ce point, d’ailleurs,  comprends que tu es invité à retrouver le vrai goût des petits plaisirs de ce monde .

Les petits plaisirs de ce monde sont très nombreux. Ils partent du plus petit brin d’herbe – réfléchissez, aimeriez-vous voir de la verdure ou être au milieu du désert ? C’est votre choix, certains préfèrent être dans le désert, mais si vous êtes dans le cadre de votre choix, soyez heureux ! Si vous mangez ce que vous avez choisi, soyez heureux ! Si vous allez où vous avez choisi, soyez heureux ! Et soyez heureux des choses simples, du contact que vous avez avec vos amis, vos frères, vos sœurs, de ces petits moments. Ils ne sont ni habituels ni normaux ; ce sont des exemples de joie et de bonheur qui vous sont donnés chaque jour mais qui vous manquent. Vous manquez quelque chose pour la seule raison que vous avez été habitué à vouloir plus de joie, plus de paix, plus d’amour, sans voir que tout était déjà là chaque jour. Vous voulez ʺ100ʺ d’un seul coup plutôt que de vouloir ʺ1ʺ à chaque instant.

Invitez-vous à comprendre cela. Invitez-vous à revenir aux plaisirs simples. Priez-nous de vous aider dans cette addiction, comprenez d’abord, comprenez d’abord cela, tout est déjà là. Toutes ces possibilités de paix, de bonheur et d’amour, toutes ces possibilités sont déjà là. Regardez à nouveau ce monde. Ne le voyez pas avec vos lunettes déformantes plutôt avec vos lunettes roses, avec ces lunettes faites d’amour et vous verrez l’amour dans la nature, vous verrez l’amour dans le moindre objet. Toutes ces choses pour lesquelles vous poseriez votre colère ou votre assentiment si elles n’étaient pas là, admirez-les, quand elles sont là. Respectez-les quand ils sont là. La gratitude est la force qui élimine les dépendances.  Alors soyez dans cette force de gratitude.

Nous demandez-vous  à quoi ressemble le prana 

Le prana ressemble, quand vous le voyez à travers vos yeux physiques,  à des points de lumière capables d’avoir leurs propres mouvements, leurs propres énergies.  Ce sont généralement des points de lumière qui descendent vers vous. Ils ont leur propre énergie vitale ; cette énergie a sa propre énergie. Et il existe de nombreuses façons de voir ou de percevoir ce prana,  c’est comme une pluie d’or  , si je devais la caractériser.

Vous nous demandez  comment refuser une pensée non bénéfique ? En nous connectant à un bénéficiaire ?  posez-nous une question.

« Ce n’est pas mon souhait, je désire la Paix, je désire l’Amour, je désire la Joie. Seigneur, je t’offre ces pensées négatives et j’accepte la Lumière. »

L’idée est donc d’effacer une pensée négative par une pensée positive diraient certains, c’est avant tout de se dire, par rapport à ce qui vous a traversé, d’emblée : « NON. Ce n’est pas mon désir. Non.  »

Il ne s’agit pas, je le répète, d’être dans le rejet ou le déni, simplement de se dire « je libère cette pensée ». Je me pardonne cette pensée. C’est-à-dire que je me pardonne même d’avoir eu cette pensée, dans la mesure où elle correspond effectivement à ce qui paraît être, en apparence. Alors, pas de refus, je la libère, je l’offre au Ciel. Je l’offre à l’univers et je demande qu’il se transforme.

Et puis, en effet, je tournerai mon regard vers ce qui va bien et non vers ce qui ne va pas, vers ce qui est en paix et non vers ce qui est en guerre, je tournerai simplement mon regard et je dirai : « il   y a cette paix qui Je ressens sur ce regard, je peux le diffuser  .

Parce que c’est ça le problème, c’est de capturer vos pensées. Vous n’y êtes pas habitué, vous ne vous écoutez pas ou plutôt vous êtes dans une écoute hypnotique de vous-même, c’est-à-dire que vous êtes incapable de réagir et de pouvoir dire « non ». , je ne sais pas d’où vient cette pensée mais je n’en veux pas. »

Comprenez que vos pensées sont des propositions. Ils ne sont pas  toi;  ils ne vous définissent pas. Ils sont ce qui rayonne et résonne avec l’énergie que vous envoyez dans l’univers .

Alors, lorsque vous entendez une pensée négative, posez-vous au moins cette question : ʺQuelle émotion ai-je émise qui m’a renvoyé cette pensée ?ʺ Et inversez le processus : ʺJe vais me mettre en position de rayonner une énergie différente. . Je vais infiltrer une pensée parmi ces pensées pour rayonner autre chose et donc recevoir autre chose, car c’est un cycle. Vos pensées produisent des émotions, les émotions produisent des pensées, mais rappelez-vous, dans ce cas ce n’est pas l’œuf et la poule, ce fameux dilemme, le premier, c’est toujours l’émotion. C’est toujours l’émotion qui est à l’origine de vos pensées.  Par la suite, des pensées viennent valider cette émotion ou en créer une autre. Il s’agit donc de créer une émotion différente pour changer d’avis.

C’est ainsi.

Ne devrait-on pas accepter de vivre l’expérience de la souffrance plutôt que de vouloir s’en débarrasser pour véritablement en guérir ?

Certains choisissent cette voie, Madame, mais  ce n’est pas une voie obligatoire. Il existe toujours d’autres voies d’apprentissage que celle qui implique la souffrance.

Si vous utilisez la voie de la souffrance, c’est que vous souhaitez probablement une voie accélérée, probablement une voie plus rapide, il est vrai, que certaines autres formes d’apprentissage. Cependant, vous n’êtes pas venu dans ce monde pour apprendre uniquement par la souffrance.

Vous êtes venus vivre, apprendre, à travers l’épreuve, oui, mais l’épreuve n’est pas toujours souffrance. Parfois, le test est une question : Veux-tu y aller ou là-bas ? C’est déjà une épreuve pour choisir dans son intention, dans son cœur et avec ce qui nous correspond.

Passer par le corps, faire de ce corps un corps de souffrance est un chemin, mais ce n’est pas obligatoire, je vous le dis. Écoutez-moi, ce n’est pas le seul moyen, c’est un moyen. Il est tout à fait vénérable pour beaucoup de gens. Il était sans aucun doute le meilleur professeur pour beaucoup de gens. Malgré tout, je le réaffirme une troisième fois, ce n’est en aucun cas un chemin obligatoire.

Puis-je espérer guérir mon corps à ce stade ? Dois-je encore évoluer ?

Il n’existe aucun stade d’une maladie qui ne puisse être éclairé par la Lumière.

Je ne parle pas nécessairement ici de guérison du corps physique dans la mesure où, parfois, la guérison atteint l’Au-delà. En tout cas, il n’y a aucun stade, je le répète, d’une maladie qui ne puisse être éclairée par le Divin, qui ne puisse permettre à la Lumière de passer à travers vous, vers une compréhension sincère et profonde de votre nature Divine. de la pénétration de votre corps à ce modèle parfait dont je parlais pour vous atteindre. Cela demande beaucoup de foi.

Vous voyez, se débarrasser d’un léger mal de tête demande un peu de foi, diront certains. Si vous pouviez avoir cette petite foi absolue, même pour un grand événement, cela aurait le même effet.

Vous pouvez soulager une petite douleur de la même manière que vous pouvez soulager une grande douleur. Maintenant, simplement, en fait, vous avez l’impression qu’il faut une foi immense, plus grande quand il s’agit d’une grosse maladie, et un peu de foi suffirait pour une petite maladie ? En vérité, il n’y a pas d’échelle vers la foi. Guérir d’un mal de tête ou de ce que vous appelez un cancer en phase terminale ne nécessite pas plus de foi, mais la même foi.

Ce sont les obstacles à cette foi qui sont sans doute les plus nombreux. Dans ce cas, la demande à l’univers, cette demande d’énergie, cette demande que la Lumière passe à travers vous, cette demande est la même, quelle que soit l’intensité de ce que vous vivez. Ainsi, nous devrons travailler sur les obstacles à cette Lumière.  »   Je ne suis pas digne. C’est trop tard   », ce genre de choses sont des obstacles. Ce n’est jamais trop tard.

Comprenez que cette Lumière traversera votre corps et soit vous guérira, soit vous apprendra à y faire face, soit vous montrera le sens profond de ce que vous vivez. Cette Lumière doit être demandée avec foi, amour et intelligence de cet instant  , c’est-à-dire  en Conscience du fait que tout cela vous mènera à votre plus grand bien, à la plus grande version de vous-même.

C’est comme ça.

Savons-nous qu’il est difficile d’y croire quand on traverse des moments difficiles ?

C’est sans doute dans ces moments-là que croire est un véritable exercice.  On dit souvent qu’aimer quelqu’un qu’on aime déjà est facile, alors qu’apprendre à aimer ? Apprendre à aimer est difficile. Or, c’est clairement le but de votre existence.

Comment avez-vous aimé ça ? Qu’avez-vous fait pour les autres ? Voici ces questions primordiales, essentielles, qui seront posées à chacun d’entre vous lorsque vous nous rejoindrez.

Comment avez-vous aimé ça ? Ce n’est pas ce qui est facile à aimer. Bien sûr, ça comptera, et c’est fort, puissant, intéressant, par contre,  comment as-tu appris à aimer ? Comment as-tu appris à pardonner ? Comment avez-vous appris à placer la Lumière sur l’ombre ? C’est là tout le défi.

Dans ces circonstances, bien sûr, il est parfois difficile d’y croire. Tout de même quand on vous pose la question, c’est parce que  vous avez décidé de vous mettre dans cette épreuve de foi, dans cette épreuve d’amour, et le but est là.  Et je vous le dirai, plus la difficulté est grande, plus votre force d’amour possible est grande, car, soyons très clairs, vous ne vous mettez jamais dans une épreuve qui ne puisse vous conduire à la victoire. Jamais. Peu importe ce que tu penses. Vous ne vous êtes jamais imposé une épreuve qui ne pourrait vous conduire à votre victoire parfaite sur Terre et dans les Cieux.

Cela veut donc dire que oui, vous devrez développer des qualités lors de ces moments de manque de foi, lors de ces moments de manque d’énergie, lors de ces manques en général. Combler ces lacunes, apprendre à corriger ces blessures est le sens même de votre existence.  Et c’est là qu’il faudra sans doute, plus dans ces moments-là que dans d’autres, dire « J’accepte de recevoir la Lumière de l’Invisible » pour comprendre qu’en vérité, vous n’êtes non plus plus seul dans cette épreuve.

Parce que vous avez placé à vos côtés beaucoup de Guides, beaucoup d’anges et beaucoup de forces, que vous n’entendez peut-être pas, que vous ne comprenez peut-être pas, et pourtant qui de toute façon répondront à votre appel pour que celui Qu’il soit sincère ou non,  nous appelle pour votre aide tout de même.  Quand je dis « sincère ou pas », c’est parce que lorsqu’une personne appelle à l’aide, même si elle n’y croit pas, elle vient d’appeler à l’aide, donc d’une certaine manière elle le croit déjà, sinon elle ne prononcerait même pas cela. appel.

Alors, nous sommes là pour vous aider à réussir ces épreuves, mais comprenez que chacune d’elles est un merveilleux trésor, que ce soit dans le corps ou hors du corps, tout simplement.

Vous nous demandez  de bonnes idées, de bonnes initiatives pour agir.

On les a envoyés à des milliers, des millions de personnes, tellement beaucoup se sont dit après : «   Ah, mais je n’y arriverais pas seul  . — Ah ! Oui, peut-être, mais — Oui, mais.   »  Reprenez ces idées que nous vous avons envoyées.  Arrêtez de vous dire que vous ne pouvez rien faire seul. C’est vrai, mais vous trouverez des gens à vos côtés si vous ressentez la justesse de ce que vous faites, la justice de ce que vous faites.

Vous savez, des Guides comme Marie, Jésus, Bouddha, le prophète Mahomet, Shiva, tous ces Guides, tous ces Guides lancent en ce moment un appel à la foi, un grand appel à la croyance, un grand appel à la « repentance ». vousʺ, c’est-à-dire dire simplement « Réveillez-vous ! », « réveillez-vous ! », « levez-vous ! », « rayonnez cette paix, cet amour que nous essayons de vous enlever ! Rayonner de joie. Tu peux le faire. Même si tout vous a été retiré, vous pouvez toujours le faire.

Voilà ce qu’est l’action juste, elle n’est rien d’autre qu’être juste, qu’agir avec justice. Il faut être, pas simplement – ​​je ne vous parle pas ici d’une action pour l’action – apparaître. «   Oh je suis dans le bon combat ! « , non non Non Non Non Non. Soyez vous-même l’exemple, de temps en temps quand vous le pouvez, dès que vous le pouvez, de tout cela , de tout cela.

Soyez gentil avec vous-même, s’il vous plaît, car souvent vous êtes très dur avec vous-même, très dur.

Comment ce monde va-t-il évoluer, va-t-il se guérir tout seul, manifester l’amour ?

Ce monde évolue déjà, ne vous inquiétez pas.

Soyez béni dans la Lumière.

Source:https://eraoflight.com/2024/03/13/archangel-raphael-warriors-of-light-reveal-themselves/

Traduit et partagé par les Nouvelles Chroniques d'Arcturius

 


ATTENTION: Votre discernement est requis par rapport à ces textes.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

- POSER UN GESTE D'AMOUR -
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Les Nouvelles Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre