Par Bernard de Montréal

Il faut considérer notre temps comme la fin d’un type d’évolution, la fin d’un cycle. Donc nous devons réaliser ou nous réaliserons, ou il y aura des gens qui réaliseront que la fin d’un cycle ne permet jamais à l’Homme de connaître l’autre cycle. Il doit la vivre, la fin du cycle. Il y a des Hommes qui à cause de leur sensibilité, leur niveau de conscience, perçoivent la fin d’un cycle. Il y a des Hommes qui peuvent le prophétiser ou la prophétiser, cette fin de cycle. Il y a des livres qui sont reconnus dans le monde entier qui reconnaissent la fin d’un cycle, la Bible par exemple.

Mais cette fois-ci dans cette fin de cycle, il y aura des forces extérieures, des contingences extérieures qui feront en sorte que l’Homme ne pourra pas vivre la nouvelle évolution comme il a vécu la dernière, parce que nous sommes à la fin du grand V.

Nous avons vécu l’involution pendant des millénaires où l’Homme a développé l’ego, la conscience telle qu’il la possède aujourd’hui. Et maintenant l’Homme doit retourner à une autre conscience, vivre une autre conscience.

(—) Si vous me demandez comment cette évolution se fera, quelles en seront les conditions, quels en seront les outils ? Je peux vous dire que l’Homme fera face au contact avec l’intemporel, c’est-à-dire que dans le passé nous n’avons pas connu l’intemporel, nous l’avons connu, mais nous n’avons pas vécu avec l’intemporel, c’est-à-dire que l’intemporel était tellement puissant qu’il servait pour nous les Hommes de plan à partir duquel se manifestaient des forces que nous, nous appelions dans le temps, des “dieux”.

Dans l’avenir, dans la nouvelle évolution, l’intemporel se mélangera avec l’Homme, il y aura un processus d’osmose. Et ce processus d’osmose fait justement partie de la nouvelle conscience de l’Homme, il fait partie de la nouvelle ouverture de l’Homme sur un monde qui aujourd’hui est beaucoup plus ésotérique que réel pour la majorité des Hommes.

Ce monde nouveau, ce contact entre l’intemporel et le monde matériel que nous connaissons créera certainement de très grands chocs dans la société humaine. Parce que les valeurs que nous avons, que ce soit sur le plan politique, économique, scientifique, religieux, les valeurs que nous avons seront renversées, pour la simple raison que le contact entre l’Homme et l’intemporel fixera dans notre société humaine, sur toute la Terre, une nouvelle condition d’évolution.

Et cette nouvelle condition d’évolution, personne ne pourra aller contre, parce que les forces créatives de ce nouveau cycle d’évolution seront trop grandes pour que l’Homme, individuellement ou collectivement, puisse en empêcher le développement et aussi en empêcher la formation sur la Terre. C’est très difficile de parler de l’avenir, parce que lorsque nous parlons de l’avenir nous ne parlons pas de quelque chose que nous avons connu.

(—) L’Homme, quelle que soit sa planification, quelle que soit sa technologie, quelle que soit son adaptation économique ou politique, ne pourra jamais renverser le mouvement vers la décadence, pour la simple raison que ce mouvement fait partie de l’inconscience humaine.

(—) Et pourquoi il ne peut pas y avoir de volonté politique ? Parce qu’il n’y a pas de conscience dans la politique ! Et pourquoi il n’y a pas de conscience ? Parce que nous ne sommes pas encore arrivés à la fin du cycle.

(—) Tant que l’Homme ne possèdera pas une conscience autonome, tant que l’Homme ne pourra pas penser par lui-même, pour lui-même, en relation avec lui même, autrement dit sur le plan d’une Intelligence universelle, sa liberté sera toujours relative. Et les Hommes, les grandes masses aujourd’hui sont ainsi privées de liberté, parce que leur situation psychologique ne permet pas qu’ils s’affirment ou qu’ils affirment une conscience personnelle qui soit créative.

Ce sont des êtres qui sont beaucoup trop liés au passé de leur culture. Il faut que l’individu ressorte de la masse, il faut que l’individu ressorte de la culture humaine pour que la liberté entre dans le monde. Sinon elle n’entrera jamais dans le monde cette liberté, parce que les pouvoirs politiques, les pouvoirs auront toujours la capacité de la contenir, de la conditionner, ainsi de suite.

FP : Donc les circonstances extérieures jouent un rôle capital ?

BdM : Les circonstances extérieures jouent un rôle capital, et elles sont, ces circonstances, établies depuis très longtemps, parce que tout est su, tout est connu. Il n’y a rien qui n’est pas connu dans le monde. Donc tout est connu !

Source:https://revelations.media/2024/07/07/la-fin-de-cycle/


ATTENTION: Votre discernement est requis par rapport à ces textes.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

- POSER UN GESTE D'AMOUR -
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Les Nouvelles Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre