Aucun homme n’est une île,
Entier de lui-même;
Chaque homme est un morceau du continent,
Une partie du principal.
~ John Donne, Aucun homme n’est une île

 

Je n’ai pas fait grand-chose ces sept dernières semaines, mais je me suis enfoui dans un monde insulaire de convalescence post-opératoire . Même si je me sens solitaire, je suis toujours connecté, j’en fais toujours partie et me retirer dans ma coquille d’escargot métaphorique ne reflète que ma perception, pas la réalité.

Quels mots, pensées, sentiments dois-je offrir ? Puis-je élever ou encourager ? Puis-je exprimer mon angoisse pour que d’autres âmes angoissées se sentent moins seules ?

Je ne me sens capable de rien de tout cela. C’est presque comme si le retrait chirurgical de morceaux d’os de la zone centrale de mon corps avait ouvert un portail secret hors de mon âme, et que des morceaux de moi avaient été tamisés, le sable du sablier cosmique du temps.

*****

Je ne ressens pas le besoin de guérir ou de réparer cette éventuelle perte de soi. En fait, d’une certaine manière, je suis plus autonome et plus ancré dans le présent qu’avant l’opération. Avant, je ne voulais pas être piégé dans l’incarnation de mon moi très limité. M’imaginer dans un moment et un lieu beaucoup plus agréables était préférable à Être ici maintenant.

Je me sens imprégné du prosaïque, faisant des corvées ou des courses, m’habituant simplement à bouger, marcher et faire. Je n’ai plus besoin de déterminer quel mouvement serait le moins douloureux, ni de chercher avec l’œil d’un ingénieur le chemin le plus court vers une destination.

Peu de temps après l’opération, une amie infirmière a fait remarquer que mon identité avait été irrévocablement modifiée. Je n’étais plus la personne éprouvant un niveau de douleur chronique qui enfermait ma conscience dans un coin gris de désespoir. Maintenant, je suis la personne qui se dirige vers un destin modifié.

Qui est cette personne? Que va-t-elle choisir de faire, maintenant que certaines restrictions de longue date ont été supprimées par le scalpel du sorcier-chirurgien ?

*****

C’est une autre journée de printemps grise et sans soleil à Santa Barbara. Je me dis de créer mon propre rayon de soleil, même en sachant que rien ne peut remplacer la bénédiction de la lumière qui manque.

Je peux allumer le chauffage et allumer quelques lampes pour que la maison soit plus accueillante, noyant ainsi le mantra endoctriné d’économie d’énergie pour utiliser moins. Et faites un petit tour en voiture jusqu’à Santa Barbara, devant la roseraie en pleine floraison, me faisant métaphoriquement un pied de nez à l’essence à cinq dollars le gallon.

Le ciel s’est sensiblement éclairci depuis une heure. Peut-être que les prévisions d’un temps partiellement ensoleillé seront exactes aujourd’hui.

Les prévisions pour ma vie semblent être dans les limbes, mais quoi qu’il en soit, je serai profondément reconnaissant du soleil fortifiant de me sentir plus présent, désireux et capable de faire l’expérience de mon existence ici et maintenant sans la distorsion, l’inconfort et le mal-être. cela m’a teinté d’un air sinistre pendant tant d’années.

Source:https://goldenageofgaia.com/2024/04/21/the-cosmic-hourglass/

Traduit et partagé par les Nouvelles Chroniques d'Arcturius

 


ATTENTION: Votre discernement est requis par rapport à ces textes.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

- POSER UN GESTE D'AMOUR -
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Les Nouvelles Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre