Message du Professeur Zolmirel (suite)

Ils parviennent à d’autres endroits du navire, visiblement plus anciens. Le sol par endroits est éventré, laissant apparaître les étages inférieurs, loin en-dessous. Des barrières ont été placées là pour éviter tout incident. Nerti avise en frissonnant une poutrelle tordue, soutenue par un étai.

Ils sortent de la grande galerie, et aboutissent à des zones bien mieux éclairées. On dirait comme une salle de chargement, destinée à de petits vaisseaux. Le sol est propre mais ancien, les murs ont l’air d’être en ciment gris. Il existe un grand nombre d’arcades, et les enfants avisent un groupe d’une dizaine d’aliens occupés à discuter et à prendre des notes.

Nerti avise avec bonheur un grand valet élégant, dont l’habit nacré est brodé de délicats motifs floraux jaune pâle. C’est un alien photographe visiblement. Les aliens Denakhs fixent avec stupeur le petit groupe d’enfants. Leurs yeux noirs brillants expriment une certaine surprise. Certains grands aliens arborent un visage peu avenant, surtout habité par la méfiance.

  • Ne nous approchons pas, recommande Zablinsk. Ils ont besoin de pouvoir se concentrer pour travailler.

Nerti et Zilner continuent la visite du vaisseau, leur amie, une petite alien au teint mauve, contemple elle aussi les grands valets fiers avec une certaine fascination. D’autres groupes de Denakhs, avec des ingénieurs Galmols et Kolals sont présents, examinant les parois, prenant des clichés de sondage, afin de déterminer la présence de poussées anormales dans la structure. Ils perçoivent des conversations.

  • Les détecteurs de champs de contraintes sont saturés à cinq endroits, émet un expert Galmol.
  • La structure porteuse s’est affaissée, assure un ingénieur Denakh. Il faut renforcer toutes ces poutrelles avant de démonter quoi que ce soit.

Un ancien, un très vieux Galmol, s’avance avec un sourire. Il étend les mains en un geste harmonieux, et le plafond remonte de quelques centimètres, avec un grincement satisfaisant.

  • Vraiment, les capacités de votre peuple sont hors du commun ! lance une ingénieure Denakh avec une vive admiration. Voilà qui épargne des mois de travail !
  • Rien que de très ordinaire pour les nôtres, expose l’ancien avec un petit rire. C’est une visite très agréable, je suis vraiment heureux de pouvoir contribuer à la préservation d’un si beau navire. Vous êtes un grand peuple !

L’alien austère cligne des yeux avec joie, son teint rosit quelque peu, et elle esquisse un sourire.

Les experts poursuivent leur avancée, cherchant d’autres déformations.

Le petit groupe d’enfants continue sa progression. Ils avancent un un couloir encombré de débris. Cette fois, le plafond a cédé, et des tuyaux tordus gisent un peu partout. On a repoussé hâtivement les débris près du mur pour permettre la circulation. Ce qui reste du plafond tient grâce à un grand nombre d’étais.

La lumière devient plus vive, et ils se retrouvent en un couloir jaune vif bien éclairé. Cette fois, il semble assez récent. Les enfants parviennent à un bastingage, menant en contrebas, vers la salle de collusion des anciens réacteurs fissiles. Celle-ci a été modernisée. De nouvelles cuves à plasma, peintes en jaune, sont visibles.

Ils descendent et entrent dans la salle de contrôle du phasage des réacteurs. Des experts s’affairent devant des consoles. Il existe peu de voyants visibles.

Un alien avenant s’approche, et Nerti contemple avec bonheur un valet élégant au teint nacré.

  • C’est un triste spectacle. Pas vrai ? lance-t-il avec bonté. Je me nomme Ilnelys, je suis responsable des réacteurs. Enfin, j’étais l’un des anciens ingénieurs de ce navire…
  • Honoré, savant Ilnelys, répond le sage Zablinsk. Je vous remercie de nous avoir permis de monter à bord.
  • Oh, je n’y suis pour rien, répond l’alien en toute transparence. Je suis juste là pour aider à la réfection, comme tous les nôtres. La pâte thermale est en dormance depuis bien longtemps. Les chercheurs vont mettre du temps à restaurer l’étincelle originelle.

Nerti et Zilner contemplent un pupitre, en effet, où l’état du réacteur apparaît. Ici, il brille d’un bleu nuit, presque noir.

Ils sortent de la pièce, pour ne pas déconcentrer les experts qui sont là depuis des heures à discuter, visiblement.

  • De quand date donc l’arrêt de ce navire ? demande Zablinsk à l’agréable ingénieur Ilnelys.
  • Du moment où il a été placé en phase de décontamination. Cela signifie environ 50 ans. Tout ce qui était trop radioactif a été retiré intégralement. Cela a occasionné des dégâts dans la structure. Ce qui pouvait être décontaminé l’a été. Mon peuple ne parvient pas à ressentir aussi pleinement l’état de la matière que le vôtre, expose t-il d’un air chagrin. J’ai vu ce fier vaisseau devenir un navire fantôme au fil des décennies. Nous avons eu vent d’installer un nouveau réacteur à plasma. Des essais ont eu lieu, mais ils ont été infructueux. La vie de ce vaisseau est vacillante.
  • Vous parlez du navire comme d’un être vivant, c’est bien intéressant, assure Zablinsk.
  • Oui, la conscience de la matière. Le flux d’hydrogène a sa volonté propre. Il accepte de se muer en hélium pour nous porter vers les étoiles, … ou pas. Peu après l’accident sur le Néonora, peu de nouveaux navires ont été construits. Les nôtres sommes attachés à restaurer cet ancien patrimoine.

Nerti et Zilner frémissent face à ce nom. Leur expression douloureuse n’échappe pas à Ilnelys.

Ils continuent la visite. Celle-ci est plus agréable, car il s’agit des quartiers d’habitation des ingénieurs, des timoniers, et des capitaines. Les lieux sont vétustes, mais propres. Il existe plusieurs voies d’eau qui ont été bloquées hâtivement. Le mobilier agréable est en bois incurvé, il existe également des consoles en métal ciselé, des vases nombreux. Le sol semble en parquet et au mur, figurent des cadres ternis avec des photos de tous les membres d’équipage. D’autres clichés exceptionnels montrent la construction de l’immense navire, qui a eu lieu dans l’espace, voici un temps infini.

  • Il a été construit en 8 221 366, explique Ilnelys. C’était l’époque de la glorieuse avancée vers les étoiles pour notre peuple. Nous avons découvert plusieurs lunes habitables à cette époque. L’essor de notre monde a surtout été scientifique, dit-il en fixant le groupe d’enfants de ses yeux noirs bienveillants. Je suis très heureux de découvrir votre monde, il est bien des choses que nous avons à apprendre, le partage, la famille.
  • Vous n’avez pas de famille ? questionne un enfant avec candeur.
  • En effet, pour les nôtres, les liens familiaux sont différents, ils passent par le lignage génétique. J’ai appris à aller au-delà d’une certaine étroitesse d’esprit, liée à mon éducation, soupire-t-il.

Ils achèvent la visite du navire par celle de la vigie, et les enfants sont émerveillés.

Face à eux, existent un grand nombre de commandes télémétriques. D’autres consoles servent à communiquer avec l’espace extérieur, à déployer des antennes supplémentaires, des éléctrosondes et des échosondeurs. Il existe des instruments très sensibles capables de repérer les champs émis par les limites des couloirs dimensionnels aux parois si fines.

Nerti et Zilner sont impressionnés par les sièges qui se trouvent en ce lieu, d’un grand confort, permettant aux navigateurs de s’immerger dans l’infinité de l’espace pour y détecter la meilleure route à suivre.

Ils fixent droit devant eux les parois de la grotte, illuminée de nombreux projecteurs dorés.

Ensuite, ils redescendent du vaisseau, les yeux brillants de joie. En quelques heures, le décor a bien changé, des nuées d’ouvriers s’activent. On démonte des parements extérieurs, on soude et on polit la coque endommagée. Des experts posent des barres stabilisatrices tout autour du géant blessé. Chacun s’affaire à sa tâche avec efficacité.

Les enfants sont impressionnés. En voyant tout cela, ils pensent que la renaissance du vaisseau est non seulement possible mais aisée. Nerti et Zilner remettent le dispositif filtrant à un technicien, puis passent par les sas de décontamination réservés aux ouvriers. Ils franchissent plusieurs rideaux de lumière. Le dispositif bipe, ils peuvent sortir, ils n’ont pas été exposés aux polluants.

Ilnelys qui est resté plus longtemps dans la salle de collusion des réacteurs, n’a pas cette chance. Il doit retirer uniquement sa veste.

  • Le vaisseau a bien été décontaminé, explique-t-il à Zablinsk un peu plus tard, mais ma veste comportait des micro-poussières de métal qui s’incrustent aisément dans les fibres. C’est l’affaire de quelques jours, le temps que les différents ponts soient désencombrés et aspirés intégralement.

Il remercie un expert en habits, qui lui remet en peu de temps sa veste fraîchement nettoyée et repassée.

En effet, des équipes d’experts graciles montent à bord du vaisseau, chacun amenant avec lui de grands aspirateurs qui flottent sur des coussins à répulsion. D’autres techniciens plus grands, sont chargés d’extraire les débris, sur des tapis à répulsion magnétique.

C’est un bien fabuleux spectacle. Les enfants resteraient encore, maintenant que leurs yeux se sont habitués à la pénombre. La grotte luit entièrement de l’éclat chaleureux des lanternes dorées, on entend de la musique, et c’est une joyeuse ambiance de travail.

Ils remontent en empruntant le grand élévateur, regagnant le grand jour, leurs yeux sensibles éblouis par la clarté. L’aube brumeuse a fait place à un grand soleil. Des étudiants prennent leur déjeuner sur la terrasse, près de la verrière qui accapare l’attention de nombreux groupes.

Nerti et Zilner quittent le sage Zablinsk pour aller déjeuner. Ils sont un peu bouleversés.

  • Il en a parlé, soupire Nerti. Tu crois qu’il se trouvait à bord lorsque le Néonora a fait naufrage ?
  • Non, il a dit qu’il servait sur l’Heskudden voici 50 ans. La période ne correspond pas. Et puis les ingénieurs expérimentés doivent servir le même bâtiment toute leur vie durant, assure le petit Zilner.

Les enfants se restaurent, et leur tristesse passe quelque peu. Ils observent avec curiosité Ilnelys converser avec Zablinsk à une table située un peu à l’écart.

À leur propre stupeur, le grand valet élégant se lève et vient vers eux.

  • Puis-je me joindre à vous ? demande-t-il avec bonté.
  • Oui, bien sûr ! lance un Nerti radieux, sur qui l’alien a fait une grosse impression.
  • C’est très aimable à vous. Vous êtes des enfants vraiment agréables, lance-t-il.
  • Vous aussi, assure Nerti avec émoi.

Sa voix se brise légèrement. Il se sent étrangement attiré par Ilnelys, et cet attrait semble réciproque.

  • J’ai bien vu vos yeux se troubler, lorsqu’il a été question du Néonora. Vous êtes Nerti et Zilner, les courageux petits qui ont été extraits de l’épave. C’est bien cela ?
  • Oui, répond Nerti en toute transparence.
  • Comment savez-vous cela ? demande Zilner avec curiosité.
  • Sur notre monde, l’impact dont a été victime le Néonora a considérablement modifié la navigation stellaire. Il nous a été demandé de construire des bâtiments plus sûrs, et de n’employer que les couloirs galactiques les plus sécurisés. Certains capitaines trop pressés et trop orgueilleux ont été remplacés par des officiers plus posés, qui se souciaient davantage de la sécurité des occupants. Je n’étais pas à bord, mais j’ai perdu des proches lors de l’impact, expose-t-il avec tristesse. Je suis heureux que vous vous plaisiez sur cette planète. Il fait bon vivre ici.
  • Oui, c’est bien vrai, assure Nerti. Il nous reste peu de souvenirs de notre ancienne vie. Autrefois, nous devions travailler sans cesse. Nous connaissions juste le froid glacé de l’espace. Seuls quelques aliens étaient bons avec nous.
  • Je comprends très bien cela. Je suis heureux que vous ayez survécu, que votre mère ait survécu aussi, même si c’est en prenant une autre enveloppe, ainsi que cela est fréquent sur ce monde, assure-t-il avec un sourire.
  • Vous connaissiez notre mère ? demande Nerti avec une joie presque douloureuse.
  • Nous avons servi ensemble autrefois sur différents navires. C’est une alien d’une trempe exceptionnelle, d’une grande bravoure. Je la considère avec beaucoup d’estime et d’affection, ose avouer Ilnelys.
  • En ce cas, elle va être vraiment heureuse de vous retrouver ! Sait-elle que vous êtes ici ? répond Nerti surexcité.
  • Oui, elle le sait mon enfant. Tout est bien, expose Ilnelys. Nous nous verrons bientôt.

Zilner fixe attentivement les mains d’Ilnelys, les courbes de son visage, son teint clair et sa taille élancée.

  • Vous êtes vous aussi un Haschher, n’est ce pas ? demande-t-il, le visage presque douloureux de bonheur.
  • Il en est bien ainsi, nous possédons le même lignage, même si je suis beaucoup plus vieux que votre mère. Nous avons beaucoup de racines en commun. Tu es un enfant très subtil, assure Ilnelys.

Les enfants s’essuient les yeux, et comprennent qu’Ilnelys est un peu comme un père ou un grand-père pour Minel.

Plutôt timide, le grand alien prend leurs petites mains dans les siennes en signe d’affection.

  • Je comprends bien des choses, expose Nerti, qui est absolument fasciné par ce voyageur stellaire d’âge immense. Vous n’êtes pas ici par hasard, n’est-ce pas ?
  • En effet, les enfants de Minel sont très chers à mon cœur également, assure-t-il d’une voix émue. Je voulais vous rencontrer. Par un heureux hasard, mon peuple a fait cadeau de cette épave à votre monde. C’est un très heureux jour pour moi.
  • Pour nous aussi, expose le petit Nerti qui s’éponge les yeux.

Ils se lèvent et vont un peu plus loin sur la pelouse. Ilnelys, qui est vraiment très grand, s’agenouille dans l’herbe et les enfants peuvent l’étreindre en pleurant de joie. Il pleure également, ce qui est plutôt rare pour un Denakh.

  • Quel âge avez-vous donc ? ose demander Zilner.
  • Je suis encore jeune, assure Ilnelys en riant, je n’ai que 592 ans de notre monde, dont le calendrier est proche du vôtre.
  • En ce cas, c’est parfait. Nous serons heureux de mieux vous connaître. Vous avez dû beaucoup voyager dans l’espace à bord de l’Heskudden.
  • Ce vaisseau m’a transporté en de nombreuses contrées stellaires nouvelles, assure-t-il. J’ai bon espoir que les experts parviennent à régénérer la pâte thermale.
  • Vous voulez dire le fluide primaire ?
  • Oui, la pâte thermale réagit pour générer la transformation en plasma d’hélium au niveau des cuves. Ce flux est couleur jaune d’or. Il entre dans les tubulures des réacteurs, il passe auparavant dans la chambre de corrélation ou de décorrélation, qui répartit la charge en fonction de la poussée lumière désirée. Il faut équilibrer parfaitement la poussée des réacteurs principaux. Les réacteurs secondaires sont là pour compenser les micro variations de la gravimétrie. Il existe des marées stellaires, et les champs doivent être ajustés en permanence de manière à éviter tout foyer de radiance stellaire trop instable. C’est un travail permanent. La pâte thermale a sa volonté propre. Il ne suffit pas d’agencer et d’usiner pour qu’un réacteur tourne. C’est une affaire de volonté puissante et agissante. C’est aussi ce qu’a pu mieux appréhender notre monde au contact du vôtre.
  • Vous êtes tellement érudit, lance Zilner d’une voix admirative. C’est bien certain que le vaisseau pourra être remisé. Il existe des prêtres qui vont le bénir, et officier pour conscientiser au mieux la matière réactive. Ils arrivent à communier avec elle de manière entière. Si l’étincelle originelle ne se produit pas, c’est qu’elle n’a pas sa place en un tel lieu. Elle sera retirée pour servir à d’autres usages.
  • Chez nous, il est presque sacrilège de retirer la pâte thermale originelle d’un vaisseau, expose Zablinsk. Elle contient toute sa mémoire, toute sa vie et son essence. Si la pâte thermale ne réagit plus ou mal, nous la purifions ou l’additionnons.
  • Il peut aussi en être fait ainsi, assure Nerti. Mais tout cela a lieu dans l’espace, car à terre, c’est trop dangereux. La pâte est très énergétique. Nous devons retirer la pâte thermale pour ces opérations. Ensuite, elle est remise en place. C’est une cérémonie qui a lieu avec les prêtres. Ils communient avec l’entité cristalline semi-vivante placée au cœur de chaque vaisseau pour la rassurer sur ce point.
  • D’après ce que j’ai pu en voir, les cristaux de l’Heskudden sont très endommagés. Je sais que votre monde peut aussi les guérir. À terme, le navire est prévu pour effectuer des croisières intra-système, transporter des blessés, des voyageurs, des denrées et des marchandises. Aussi, nous aurons l’occasion de nous revoir à intervalles réguliers.
  • Voici une excellente nouvelle, lance le petit Nerti avec exubérance. Notre père vous fera bon accueil, il sera comblé de découvrir un nouveau parent de sa moitié.
  • J’en serai très touché, assure Ilnelys. Votre père a sauvé nombre des nôtres. Il paraît que c’est l’un des guérisseurs les plus talentueux pour guérir des enfants.
  • Oui, les enfants sont sa spécialité, principalement les reptiles, mais notre père sait aussi guérir des êtres à sang chaud, des humanoïdes, ou d’autres hors mondes. Il sait même soigner certains animaux.
  • Il a soigné un très grand nombre de petits clones, assure Zilner. Parfois nous l’avons aidé à les rassurer. Les centres de soins comportent souvent des enfants pour aider les plus jeunes à se sentir mieux. La communication est essentielle.

Leur conversation se poursuit longuement. Les enfants ressentent pleinement la pensée d’Ilnelys. Il s’agit d’une énergie droite, franche et chaleureuse.

Ils se quittent avec émoi, et savent qu’ils vont se revoir très vite.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes : 


ATTENTION: Votre discernement est requis par rapport à ces textes.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

- POSER UN GESTE D'AMOUR -
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Les Nouvelles Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre