Lorsque la kundalini atteint le quatrième chakra et que le cœur s’ouvre (ou une circonstance similaire dont je n’ai peut-être pas conscience), nous nous retrouvons au milieu, pour reprendre les mots de Linda Dillon, d’un tsunami d’amour.

Il souffle à travers nous et pourtant il n’a pas de masse. MAIS cela emporte avec lui toutes nos préoccupations et nos inquiétudes, nos espoirs et nos peurs.

Nous restons purs et innocents. Ce qui reste, c’est seulement l’amour et sa progéniture – la paix, la joie, le bonheur, l’extase, et ainsi de suite, sans fin.

Maintenant, si ce n’est pas la définition même d’un monde qui fonctionne pour tout le monde, quelqu’un doit me montrer un monde meilleur.

***

Disons qu’aujourd’hui vous vous sentez grincheux. Vous ne vous sentez jamais grincheux dans un état de conscience supérieur.

Peut-être repérez-vous une inquiétude tenace à l’arrière-plan de votre conscience. Amoureux de ce genre, ne vous inquiétez jamais.

Ce que vous n’avez peut-être pas sur le moment, vous le matérialisez. (En attendant, nous avons des réplicateurs.) Pas besoin de naître, de mourir, ni même de vieillir. Tout cela est parti. Qu’est-ce qu’il ne faut pas chérir ?

Une touche de cet amour, tel que je viens de le ressentir en faisant monter l’amour de mon cœur lors de l’inspiration, rend tout à nouveau bien.

***

Y a-t-il ici une leçon pour nous ? Je pense que oui. La leçon est que nos inquiétudes sont insignifiantes. Ils se dissolvent au contact d’un amour supérieur.

Pourquoi nous énervons-nous à propos de quelque chose qui est oublié par un simple changement d’état ?

De quoi suis-je inquiet ? Vraiment?

Être sans abri. N’avoir rien à manger. Me retrouvant dans une maison de retraite, les derniers mots sur mes lèvres étant « les lits médicaux arrivent… ».

Ne pas avoir accès à un ordinateur…. Cela me fait vraiment peur !

Mais mourir ne me fait pas peur. Michael m’a promis il y a des années : « La pièce mourante n’est ni ici ni là-bas. Tu sais que je te relèverais très rapidement et te ramènerais à la maison, joyeusement. (1) Je suis sûr que la même chose s’applique à vous et à tous les anges artisans de lumière.

De plus, je suis sorti de mon corps. J’ai vu et démontré que je ne le suis pas. (2) La mort du corps n’a aucun impact sur « moi ».

Enfin, après avoir étudié l’au-delà (3), je sais que le moment même de la mort est indolore. Et l’accueil que nous aurons ! Où est la douleur ou le mal ?

***

Mais, en nous laissant de côté pour le moment, une pièce du puzzle qui n’a pas trouvé sa place – un point sans rapport – c’est que je ne pense pas que nous réalisons à quel point cette Ascension est monumentale. (4)

S’il existait un journal lu par tout le monde dans les dimensions supérieures de l’univers, il ferait la une des journaux.

Permettez-moi de citer quelques passages de la Mère, si vous voulez, dans lesquels elle exprime sa joie devant ce qui se passe. (Même la Divine Mère est ravie !)

Mère Divine : C’est unique. C’est une nouvelle création. Peux-tu imaginer, mon fils, dans toute cette étendue, que c’est nouveau ? (5)

DM : Vous êtes les pionniers… d’un nouveau niveau d’espèces. (6)

DM : Ne pensez-vous pas, ne savez-vous pas, ne sentez-vous pas qu’il est tout à fait possible, même souhaitable et doux, pour moi de créer, de donner naissance à une nouvelle espèce d’humain, un humain ascendant, éclairé, attentionné, gentil et aimant ? Parce que c’est exactement ce que je fais ! …

Nous créons une nouvelle espèce – si je le dis ainsi, vous l’aurez compris – une nouvelle espèce humaine, consciente, dirigée par le cœur, brillante, créative et déterminée. Et vous ne le faites pas en partant, mais en restant. (7)

Et ce n’est qu’une des caractéristiques du nouvel espace. C’est également interdimensionnel alors que notre réalité dimensionnelle actuelle ne l’est pas. Il faut rester dans notre dimension ou descendre plus bas pour visiter. Ces barrières ont désormais toutes disparu.

Oh, je ferais mieux d’arrêter. Je vois maintenant le titre : Un journaliste, étant donné l’histoire du siècle, ne trouve pas la touche « stop ».

La Bible parle de ces moments comme étant la préparation de la fête et la chambre des mariages étant ouverte à toutes les vierges avec de l’huile dans leurs lampes.

J’aime considérer que l’huile dans nos lampes est ce que Matthew Ward appelle la « décence ». (8) Si nous cherchons une description courte et pertinente de la plus grande partie de notre travail (après la renaissance du féminin divin), je dirais qu’il s’agirait d’un retour à la paix et à la décence sur la planète Terre.

Source:https://goldenageofgaia.com/2024/05/12/the-story-of-the-century-a-return-to-peace-and-decency-on-planet-earth/

Traduit et partagé par les Nouvelles Chroniques d'Arcturius

 


ATTENTION: Votre discernement est requis par rapport à ces textes.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

- POSER UN GESTE D'AMOUR -
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Les Nouvelles Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre