La Voie Lactée est la galaxie dans laquelle se trouvent la Terre et l’ensemble de notre système solaire. Nos connaissances de la structure de l’espace et de nos capacités techniques sont assez limitées, mais il est possible de mener des expériences qui violent parfois les idées et hypothèses existantes.

Étudier l’espace depuis la Terre n’est pas la chose la plus simple. Les grandes distances ne sont « pas visibles » en raison de la présence de divers artefacts dans l’espace : poussière, restes d’astéroïdes et divers objets. Étudier l’espace au-delà des frontières de la galaxie est encore plus difficile.

Par conséquent, la logique standard est utilisée : lancer une sonde avec un équipement dans l’espace et approcher les objets étudiés. Grâce à cette approche, un phénomène intéressant a été découvert.

Jusqu’à récemment, on pensait qu’il devait faire noir en dehors de la Voie Lactée.

La lumière visible n’a tout simplement nulle part d’où elle puisse être émise physiquement. Mais il s’est avéré que cette hypothèse n’était pas entièrement exacte.

La sonde New Horizons lancée a découvert qu’en dehors de la Voie lactée, elle est réellement brillante. En fait, la sonde a accompli la tâche décrite ci-dessus : elle a rapproché les instruments d’étude du point étudié.

Les scientifiques ont pris une série d’images à l’aide des équipements installés sur la sonde. Toutes les sources lumineuses connues ont ensuite été supprimées des images. Mais après cette action, il s’est avéré qu’il faisait encore jour là-bas. Essentiellement, l’élimination des sources de lumière évidentes n’a pas rendu l’espace complètement sombre. Là où l’on s’attendait à ne voir que l’obscurité totale, la lumière a été trouvée.

Les sources de cette lumière font actuellement l’objet de débats.

Deux versions relativement simples sont faciles à imaginer. Il peut s’agir soit d’objets qui n’ont pas pu être enregistrés et dont personne ne connaît tout simplement l’existence (ce qui est étrange, car le détail ici est assez élevé), soit de poussière dans l’espace qui reflète les rayons lumineux. L’impact de la poussière sur le processus n’a pas été pris aussi au sérieux jusqu’à présent.

Mais des versions plus extravagantes sont également possibles. Parmi eux, par exemple, se trouve la version sur la matière noire. Cette substance reste encore peu explorée et oscille entre le « ça n’existe pas » et le « oui ça existe ».

Le vide cosmique est ici un excellent exemple de l’endroit où un tel objet existe.

Techniquement, il se pourrait que la matière noire soit encore capable d’interagir avec la lumière sous une forme ou une autre.

Ensuite, il s’avère qu’en dehors de la Voie Lactée, ils ont trouvé un véritable trésor contenant de nombreux documents utiles à l’étude.

La matière noire ne peut pas être vue. C’est le problème. Elle n’interagit pas avec la lumière visible. Mais en même temps, selon cette théorie, la matière visible affecte l’espace-temps et est capable de le déformer comme la matière ordinaire elle-même.

Si une grande quantité de cette matière noire est concentrée en dehors de la galaxie, on peut alors supposer qu’elle déforme considérablement l’espace, ce qui conduit à divers phénomènes intéressants tels que la lentille gravitationnelle.

Dans ce cas, la lumière n’interagit pas directement avec la matière elle-même, mais subit le résultat d’une distorsion spatiale. Cela pourrait être la raison pour laquelle de grandes quantités de lumière sont détectées en dehors de la Voie Lactée.

Tout le monde a vu les réflecteurs, n’est-ce pas ? La conception est assez simple. Un système de surfaces réfléchissantes, correctement orientées, renvoie le faisceau vers l’observateur. Il se pourrait bien que la lumière provenant de l’extérieur de la galaxie soit également renvoyée vers l’équipement de la sonde en déformant l’espace de manière appropriée.

Il est difficile de dire maintenant si cela est vrai ou non. Mais la découverte d’un tel phénomène deviendra probablement l’une des confirmations les plus puissantes de l’existence réelle de la matière noire.

La matière noire, l’invincible

La présence de matière noire a été suggérée il y a plus d’un siècle. La matière noire est une matière invisible qui déforme le mouvement de la matière visible ordinaire.

Toutes ces distorsions très controversées, comme celles de l’espace et du temps, sont en réalité le résultat de l’interaction de la matière noire avec la matière ordinaire.

De plus, la matière noire affecte la lumière. Le fait que la lumière se déplace à une certaine vitesse est également l’œuvre de la matière noire. Et le dualisme aussi.

En général, il y a beaucoup plus de matière noire que de matière ordinaire. Ceux qui veulent voir verront, mais les amoureux de l’espace et du temps ne pourront pas voir la matière noire. Ils n’ont pas le temps.

L’espace n’est pas seulement largeur, longueur et hauteur, mais il a aussi de la profondeur.

La matière noire fusionne avec la matière normale, c’est un peu parallèle, ici. L’espace a donc encore un degré, voire un degré. Et le temps. C’est le flux de matière. Déterminé par la formule d’Ohm ou de Bernoulli.

L’avenir Star Trek

Dans le série Star Trek, le moteur à distorsion déforme la texture de l’espace pour propulser le vaisseau. Dit simplement, le moteur distord l’espace, à la fois à l’avant et à l’arrière du vaisseau, lui permettant de voyager plus rapidement que la vitesse de la lumière.

Spécifiquement, l’espace est contracté en avant du vaisseau et allongé derrière lui. Le vaisseau lui-même repose dans une bulle de distorsion entre les deux distorsions de l’espace ; la bulle contient ce que l’on appelle le subespace. Cet espace distordu, et la région qui la compose, fait accélérer le corps jusqu’à une « vitesse de distorsion » et le vaisseau « surfe » alors sur la vague de l’espace-temps créée par cette distorsion.

Puisque l’espace lui-même se déplace et que le vaisseau n’est pas en train d’accélérer, il n’éprouve aucune dilatation temporelle, permettant le déroulement du temps à l’intérieur du vaisseau et de rester le même que celui qui se trouve à l’extérieur de la bulle de distorsion.

Le moteur de distorsion fonctionne grâce à un réacteur mélangeant de l’antimatière et de la matière, du deutérium, par le biais d’hydrogène. Le mélange produit une quantité fulgurante d’énergie qui sert à la propulsion supraluminique. Afin de maitriser cette puissance, on utilise dans le réacteur des cristaux de dilithium qui servent à contrôler la réaction et à générer un champ subspatial stable, c’est-à-dire que l’on puisse utiliser sans détruire le corps en distorsion.

Source:https://elishean777.com/une-source-de-lumiere-inexpliquee-decouverte-au-dela-de-la-voie-lactee/


ATTENTION: Votre discernement est requis par rapport à ces textes.
♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

- POSER UN GESTE D'AMOUR -
Une contribution volontaire
aide véritablement à maintenir ce site ouvert
et ainsi vous devenez un Gardien Passeurs en action.
CLIQUEZ ICI POUR CONTRIBUER
Merci

Texte partagé par les Les Nouvelles Chroniques d'Arcturius - Au service de la Nouvelle Terre